MyMM : vidéos, images, articles

 

La Monnaie affirme sa conviction pour une société multiculturelle

Pendant la récente reprise de Medúlla, production créée à la Monnaie en début d’année juste après l’attentat contre Charlie Hebdo à Paris, nous avons à nouveau été violemment confrontés à la thématique qui est précisément au cœur de cette œuvre. Medúlla est basée sur l’album éponyme de Björk dans lequel l’artiste islandaise proposait une réponse artistique aux attaques du 11 septembre 2001. Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation semblable d’intolérance, de croissance du radicalisme et avant tout de peur. Peur de ce que nous ne connaissons pas, de ce que nous ne voyons pas, de ce que nous ne pouvons concevoir, de ce que nous ne contrôlons pas. Ou peur de devoir vivre avec la menace terrifiante d’un attentat qui pourrait mettre à mal ce qui nous est cher : notre sécurité, notre liberté, notre intimité, nos contacts sociaux, nos loisirs, notre humour et même nos vies.

Il n’est pas toujours évident de connaître les causes ni d’imaginer la réaction la plus adéquate possible à une telle situation. Même l’actualité comporte son lot de confusion, ce qui a effet d’accroître un effet anxiogène. Opposons-nous ensemble à cette obscurité mentale. Une institution culturelle comme la Monnaie peut et doit prendre les devants, à tout le moins pour trois raisons.

Tout d’abord, en tant qu’institution culturelle, nous sommes une balise d’inspiration et de créativité : deux composantes qui forment un antidote naturel à la barbarie et à l’intolérance. L’éducation et la culture renforcent notre conscience collective et nos talents individuels rendent notre société plus forte, cohérente et empathique. Notre travail est finalement un message contre les barbaries de ceux qui désirent détruire les acquis culturels communs et l’ensemble de notre société. Le but de notre mission culturelle semble plus actuel que jamais. Au lieu de fermer nos salles, rouvrons-les au contraire avec force afin de remplir cette mission : l’art de faire en sorte que les gens se rencontrent, se racontent leurs histoires et les partagent. C’est également le message qui ressort des réactions spontanées des artistes de l’équipe de Medúlla lorsque la Monnaie a été contrainte d’annuler les deux dernières représentations, suite aux menaces terroristes.

« Quand j’ai entendu les nouvelles samedi, je me suis comme sentie paralysée, sidérée et engourdie. Pendant un moment, je ne pouvais plus que regarder dans le vide… tout s’agitait dans ma tête. Bien sûr, il ne pouvait pas y avoir d’autre décision que celle d’annuler les spectacles. C’est évidemment douloureux. Je me sens encore vide et comme déphasée. Aucun de nous ne pouvait imaginer mettre fin à l’aventure de Medúlla de cette façon. L’espoir doit faire vivre !! Je crois de tout mon cœur que nous nous retrouverons une nouvelle fois pour reprendre cette production. »
– Roberta Alexander, soliste

« Même si annuler était la bonne décision, cette décision est le message contraire que le spectacle faisait passer : ne fermez pas les yeux, mais agissez et cherchez des réponses là où vous les trouverez, en vous-même. La génération future est la génération qui doit faire la différence. C’est dommage que nous n’ayons pas eu l’occasion de jouer devant plus de jeunes. Mais je sens, au sein de La Choraline et de la Maîtrise, une véritable envie d’aller de l’avant. »
– Simon Weetjens, percussionniste

En plus de nos efforts vers une cohésion sociale, le but ultime d’une institution culturelle telle que la nôtre est de nourrir l’esprit. Nous devons plus que jamais être convaincus de cette valeur ajoutée.

Enfin, une troisième raison réside dans le fait que l’expérience que nous vivons dans le travail quotidien à la Monnaie réaffirme notre conviction qu’il existe une alternative. Dans notre Théâtre, plus de 38 nationalités, cultures et langues différentes collaborent afin d’amener nos productions sur scène ; il n’y a pas de place pour la discrimination ou l’exclusion. Nous sommes multiculturels par définition et travaillons tous ensemble quelle que soit notre origine, notre sexe, nos convictions religieuses ou philosophiques, notre orientation sexuelle, notre statut social. Ce sont dans ces moments que nous devons être proches les uns des autres, pour chasser les ténèbres et l’incertitude qui nous entourent.

Peter de Caluwe, Directeur général & Intendant

Extra
Muros