Maison d’opéra fédérale au sein de la capitale de l’Europe

LA MONNAIE DE MUNT

Lohengrin

Pour Lohengrin, Richard Wagner s’inspire de plusieurs sources médiévales. Mais lesquelles exactement ? Et d’où vient ce nom ?

Pour imaginer son opéra Lohengrin, Richard Wagner s’inspire de plusieurs sources, parmi lesquelles se trouvent Le Chevalier au cygnev de Konrad von Würzburg, les Légendes allemandes des Frères Grimm ou encore La Guerre de la Wartbourg de Theodor Lucas, l’une des sources de son opéra précédent, Tannhäuser*. Enfin, Wagner s’inspire majoritairement du poète allemand Wolfram von Eschenbach (1170-1220), haut représentant de la littérature courtoise.

Wolfram von Eschenbach emprunte le nom de Garin le Lorrain (Le Loherain Garin), personnage d’une chanson de geste française : Garin le Lorrain, également appelée Garin le Loherin, Saga de Garin, Saga des Lorrains, ou Roman de Garin, une saga familiale et héroïque du XIIe siècle, écrite sous forme d’un poème épique totalisant 15 000 vers environ.

Le nom du héros, dans la chanson de geste, est significatif. Il semble renvoyer à gar, signifiant lance, ou à warin, c’est-à-dire protection, abri – à l’instar du héros wagnérien qui tout à la fois protège Elsa et combat Telramund.

De fait, gar et warin auraient probablement des racines germaniques, puisqu’on trouve dans l’ancien allemand ou bas-francique les termes win/ving (ami) et werra (troubles, désordres). Ce qui nous rappelle que les peuples germaniques étaient avant tout des peuples guerriers, comme en témoigne un autre héros wagnérien, Siegried, cet adolescent vaillant qui, dans le Ring, ne connaît pas la peur.

Partager cette page