Maison d’opéra fédérale au sein de la capitale de l’Europe

La Monnaie / De Munt

Cinq Minutes Avec...

Interview de Damiano Michieletto (metteur en scène), sur Cavalleria rusticana & Pagliacci pour notre magazine MMM n°40.

Vous avez réalisé cette production en 2015 pour Covent Garden en coproduction avec la Monnaie. Qu’est-ce qui a inspiré le concept à la base de votre mise en scène ?
Je veux rendre les personnages crédibles et créer un environnement qui leur permet de prendre vie. D’emblée, il me semblait évident que ces deux histoires ne relevaient pas de mondes différents et je souhaitais donc plonger le public dans un seul et même univers. Ces oeuvres se déroulent toutes deux dans la même région – l’Italie du Sud – et traitent toutes deux d’un triangle amoureux. De plus, la présence de la religion et la position de la femme y sont comparables, et les deux intrigues tournent au drame… On peut également observer des similitudes musicales entre les deux opéras, qui contiennent notamment l’un et l’autre un intermezzo symphonique.

Et vous avez donc renforcé ce lien ?
Mascagni et Leoncavallo ne pouvaient pas deviner que leurs opéras allaient devenir un diptyque inséparable. Et c’est en effet un choix personnel de ma part de raconter les deux opéras comme s’il s’agissait d’une seule et même histoire, afin d’offrir une expérience de théâtre musical plus forte. Cavalleria rusticana commence par exemple avec l’arrivée des comédiens qui donneront par la suite une représentation théâtrale dans Pagliacci – les deux histoires s’entremêlent ainsi

Où se situe la force de ces opéras si simples en apparence ?
L’intrigue de Cavalleria est peut-être un peu maigre, mais c’est aussi la simplicité qui fait la force des opéras véristes de ce genre, qui sont tout sauf conceptuels et symbolistes. Ce « réalisme » évoque le cinéma. Pensez par exemple au début de Pagliacci, où le personnage du Prologue met en évidence qu’il s’agit ici de personnages en chair et en os. L’histoire de Pagliacci est plus complexe car elle se déroule à deux niveaux. Mais elle s’appuie sur une situation analogue à celle de Cavalleria, et une mort violente en constitue également le dénouement. C’est là une ressemblance supplémentaire entre les deux oeuvres : la présence de la violence primitive.

Que signifie le terme « verismo » pour vous en tant que metteur en scène d’opéra ?
Comme forme d’art, l’opéra est éloigné de la réalité : raconter des histoires en chantant est tout sauf réaliste ! Mais l’essence de l’opéra consiste aussi à transmettre des émotions à travers le chant et la musique. Le verismo en musique est lié au verismo littéraire d’auteurs comme Giovanni Verga, qui s’est fait connaître grâce à des histoires populaires simples. Pour moi, le verismo traite d’histoires tirées de la vraie vie et de personnages humains crédibles, interprétés par des chanteurs qui entrent vraiment dans l’histoire tout en étant capables de transmettre des émotions.

« C ’EST LA SIMPLICITÉ QUI FAIT LA FORCE DES OPÉRAS VÉRISTES DE CE GENRE, QUI SONT TOUT SAUF CONCEPTUELS ET SYMBOLISTES. »

- Damiano Michieletto

Est-ce que cela se traduit aussi dans le décor très élaboré ?
Notre décor contient de nombreux détails « réalistes », mais il est avant tout conçu pour tenir compte des changements rapides – présents dans les deux oeuvres – entre de grandioses scènes chorales et des moments intimes. Notre histoire se déroule sur la grand-place d’une petite ville. Grâce à un plateau tournant, on peut rapidement « zoomer » et « dézoomer ». Au centre, il y a la boulangerie de Mamma Lucia, un personnage un peu plus âgé. Je m’imagine qu’elle a déjà connu dans le passé des situations analogues, avec cette même violence... C’est un endroit auquel sont associés plein de souvenirs, un endroit très « humain » aussi, où on travaille de ses mains. L’intérieur de la boulangerie peut être utilisé, mais également l’extérieur pour des festivités ou le passage d’une procession religieuse... Il est important pour moi que cet espace puisse aider l’intrigue à se déployer.

Vous avez évoqué la violence inhérente à cette histoire. De manière générale, comment portez-vous la violence à la scène ?
Je n’ai pas de règles pour cela... J’essaie juste d’aborder l’histoire avec honnêteté. Parfois on choisit de souligner la violence si cela peut étayer le concept du spectacle. Si on aborde Pagliacci avec un regard actuel, Canio devrait se retrouver en prison. C’est un monstre : il tue une femme par jalousie ! Cependant, dans ce cas, mon objectif ultime n’est pas de montrer ce meurtre ; au contraire, je veux travailler sur les relations humaines et la tension qui découle des parallélismes entre la vie des comédiens et la pièce qu’ils interprètent : ce que cela suscite dans l’esprit de Canio et comment cela le rend fou.

Qu’est-ce que cela représente pour vous de reprendre cette production avec deux nouvelles distributions ?
Lors d’une reprise, de nombreux éléments sont déjà déterminés, mais comme je le disais, ce répertoire exige que les chanteurs puissent transmettre des émotions authentiques. Il est donc important que les chanteurs et le nouveau chef aient la liberté d’apporter quelque chose de personnel, quelque chose en quoi ils croient. J’essaie moi-même de découvrir de nouveaux aspects sur base de leur personnalité, de leur imagination, de leur physique… À partir de là, un échange créatif est possible – et c’est cela qui me rend heureux dans ce métier.

Propos recueillis par Marie Mergeay

Partager cette page