The federal opera house in the capital of Europe

LA MONNAIE DE MUNT

© Krzysztof Bieliński / Teatr Wielki - Opera Narodowa

Powder Her Face

Thomas Adès
Production from 2015
Co-Production La Monnaie / De Munt, Teatr Wielki Opera Narodowa (Warsaw)

IN THE DARKROOM OF FATAL DESIRE

 ‘You could have a blow job aria – begins with words, ends with humming.’ Using the story of a public scandal, the librettist Philip Hensher inspired the 23-year-old British composer Thomas Adès to portray the fall of the libertine and notorious socialite beauty the Duchess of Argyll, remembered in history as the Dirty Duchess. Powder Her Face is inspired by a sex scandal in 1963 that shocked the British upper class. Thomas Adès’ playful score offers a camp version of popular idioms of cabaret, musicals, and tango, while paying homage to Berg and Stravinsky. This is Alejo Pérez’s first time at La Monnaie. He will be joined by the renowned opera and film director Mariusz Treliński in a critique of middle-class moral conventions. ‘Be discrete, be good, be brutal,’ sings this female incarnation of Don Juan.

Director
Mariusz Treliński

Set design
Boris Kudlicka

Conductor
Alejo Pérez

TECHNICAL INFORMATION

 

About Powder her Face

Powder her Face, inspiré par la figure controversée de Margaret Campbell, duchesse d’Argyll, utilise la musique et la scène comme un cadre destiné à présenter la vie d’une femme qui, se trouvant au sommet de l’échelle sociale, a commis le péché de trahir les convenances.

Le personnage-clé de cet opéra est une femme libérée des restrictions imposées par les normes morales de son temps où – comme cela avait été le cas durant des siècles – l’idée d’un Don Giovanni masculin était largement tolérée tandis qu’une Donna Giovanna… était tout à fait inacceptable.

Powder her Face traite de l’hypocrisie – quand la chute sociale n’est pas causée par les actes mêmes mais par leur divulgation ; il traite des tabous que l’on brise, des limites de ce qui peut être rendu public, de ce dont on peut parler et de la conscience de toutes ces choses que l’on doit taire. D’autre part, cet opéra est une étude sur les limites de la liberté, sur l’autodétermination, l’expression de soi et de ses propres besoins, même par des comportements controversés.

À une époque où la tolérance publique est plus large que jamais, où peu de choses semblent encore choquer et où les mœurs subissent un changement très rapide voire révolutionnaire, les questions liées aux convenances et aux normes sociales ainsi qu’à la liberté individuelle semblent être – paradoxalement – particulièrement justifiées. Quand on rompt avec les  convenances, il faut de nouveaux points de repère. L’opéra de Thomas Adès, créé il y a vingt ans dans une ambiance de scandale, est aujourd’hui, essentiellement, une réflexion sur l’évolution des normes morales – et sur la perversité des mécanismes du pouvoir qui sont ici concentrés à toute petite échelle mais vont bien plus loin que simplement des murs d’hôtel imaginaires.

Cet opéra est une histoire à propos des convenances – racontée en se jouant des convenances…
 

CONTACT

For more details about sales and rentals of our productions, please contact:

Ekaterina Przhigodzkaya
Co-productions, sales and rentals
e.przhigodzkaya@lamonnaie.be

Gallery

Gallery

Share this page